]]>

lundi 19 novembre 2007

Justice à Boubacar Joseph NDIAYE

Boubacar Joseph NDIAYE est l’une des personnalités sénégalaises les plus connues dans le monde e n t ier et son nom est désormais indissociable à la maison des esclaves de Gorée. À 85 ans, il sert encore sa patr ie avec un amour et une énergie à nul autre pareil. Pourtant, sa situation sociale est connue de tous: elle est lamentable et je ne suis guère mandaté pour lancer un cri du cœur, je le fais en tant que libre cit oyen dépité par une injustice déshonorante pour mon pays. Joseph NDIAYE, sous officier de l’armée française est nommé Conservateur du musée la Maison des Esclaves depuis plus de quarante ans. C ’est un homme ouvert, disponible, féru d’histoires, qui ne laisse personne indifférent.

Il n’a cessé de se dévouer à cette institution qu’il a largement contribué à faire connaître dans le monde entier. Il connaît la moindre pierre de « sa » maison : chaque pièce, chaque recoin, chaque maillon de chaîne. Ici, le temps semble s’être arrêté, mais dés que sa voix s’élève, s’amplifie et couvre le ressac de la mer alors le passé ressurgit et du fonds des cachots obscurs on se surprend à entendre le râle de ceux qui meurent et à sentir l’odeur âcre des corps et des urines. Et si l’on prête bien l’oreille, l’on percevra, venant de l’étage d’au dessus, les rires pervers des négriers vautrés dans la débauche et la concupiscence. Et l’on apercevra ancrés au port, les navires de la déportation, prêts à rallier Nantes, Liverpool, Amsterdam et puis quelque autre port lointain, quelque part dans le Nouveau Monde, prés du Saint Laurent, du Mississipi ou de l’Amazonie. Il enseigne l’histoire et le pardon tout en rejetant toute idée de réparation financière pour le compte de l’Afrique.

Boubacar Joseph NDIAYE s’est singulièrement illustré par un engagement pour la défense de la mémoire et grâce à son talent, l’île de Gorée est une destination incontournable pour quiconque se rend au Sénégal. Une œuvre aussi utile que la sienne mérite à la fois reconnaissance et récompense. A cet effet, des mesures immédiates doivent être prises pour que le vieux mène enfin une vie qui compense ces dizaines d’années passées à maintenir intactes les traces de notre tragique passé. Tonton Joe ne demande pas l’aumône, " il s’est tout simplement donné comme tâche ", conformément à la sentence de Martin Luther KING Jr, " de découvrir ce pourquoi il est fait et se consacre avec passion à le faire ". Le peuple reconnaissant a l’obligation de lui renvoyer l’ascenseur, pas en lui remettant seulement des médailles et des témoignages "politiques" devant les cameras, mais en améliorant sa situation sociale au moment où il en a le plus besoin. Que DIEU le garde encore longtemps parmi nous.

Souleymane DIEYE


2 Postez un commentaire:

Anonyme a dit…

Bonjour Mr Dieye Je connais Pa Jo depuis que j'etais petite et je veux vraiment faire quelque chose .Est ce que tu peus me laisser un email ou je peux te joindre .Merci

DIEYE Souleymane a dit…

Anonyme a dit...

Bonjour Mr Dieye Je connais Pa Jo depuis que j'etais petite et je veux vraiment faire quelque chose .Est ce que tu peus me laisser un email ou je peux te joindre .Merci

Réponse:

jeey63@yahoo.fr

Dieye Souleymane.

Enregistrer un commentaire