]]>

mardi 1 avril 2008

Côte d'Ivoire : les ventres creux envahissent la rue!

Les protestations contre la vie chère gagnent la Côte d'ivoire. Aux barricades dressées, cailloux, et pneus brûlés la police oppose une violente riposte. Devant l'urgence, le gouvernement a décidé de suspendre les droits de taxe à l'importation sur le riz, l'huile, la farine, le poisson et le sucre afin de ramener les prix à leur niveau d'avant la hausse. Les manifestants déclarent sur les ondes de RFI qu'ils ne sont manipulés par aucun parti politique. Dans le quartier de Port-Bouët, au sud d'Abidjan, un journaliste et un photographe de l'AFP rapportent avoir vu une foule de 200 personnes, très en colère, transporter le corps d'un homme à la tête ensanglantée sur une charrette. Il serait la première victime de ces manifestations contre la "vie chère" que la police dispersent à coup de gaz lacrymogène et de tirs à balles réelles. Un parlementaire ivoirien sous le couvert de l'anonymat a indiqué que le quartier chic des II-Plateaux, Marcory, Yopougon (est), le marché de Port-Bouët, l'un des plus importants de la capitale économique ainsi que la ville de Bassam, l'ancienne capitale ivoirienne à l'époque coloniale, située à une quarantaine de km à l'est d'Abidjan ont tous été paralysés par les manifestants qui n'avaient qu'un slogan dans la bouche : "On a faim. On veut manger!"
Souleymane

0 Postez un commentaire:

Enregistrer un commentaire